2 de mai de 2022

Nous avons interviewé Jorge Quesada, propriétaire de quatre laveries automatiques situées à Madrid

“Aujourd’hui, nous avons ouvert quatre laveries et nous cherchons d’autres établissements à Madrid pour en ouvrir d’autres.”

Nous avons interviewé Jorge Quesada, propriétaire de quatre laveries automatiques situées à Madrid dans différentes zones. Il y en a une à Pozuelo de Alarcón, une autre dans le quartier de Cuatro Caminos, une autre à Chamberí et une autre dans le centre commercial de Vallecas. Elles sont toutes équipées de machines DOMUS.

Jorge Quesada

  1. Comment avez-vous débuté dans le secteur de la laverie automatique?           

Nous avions un local à Madrid que nous n’arrivions pas à louer. Après un an sans recevoir d’offre, nous avons commencé à réfléchir au fait d’utiliser nous-mêmes le local pour ouvrir un commerce. C’était en 2013. À l’époque nous nous étions rendu compte qu’à Madrid, mais aussi ailleurs, il y avait de plus en plus de laveries automatiques. C’est quelque chose qui nous a intrigués et nous nous sommes renseignés sur les conditions nécessaires pour en ouvrir une. Nous nous sommes d’abord assurés que le local était adapté pour accueillir ce type de commerce, puis j’en ai parlé à mes frères et nous avons décidé d’investir ensemble dans notre première laverie automatique, que nous avons ouverte en février 2014.

  1. Et vous avez ensuite décidé d’en ouvrir d’autres?

Oui, comme le chiffre d’affaires augmentait, cela nous a encouragés à en ouvrir une autre. Et c’est ainsi que nous avons trouvé un autre local en 2016, puis un autre en 2017. Aujourd’hui, nous avons ouvert quatre laveries et nous cherchons d’autres établissements à Madrid pour en ouvrir d’autres.

  1. Qu’est-ce qui vous décidé à ouvrir d’autres laveries automatiques ?

Personnellement, ce qui m’a le plus encouragé, c’est la facilité d’utilisation et de maniement des machines DOMUS, à la fois pour les clients, mais aussi pour le propriétaire, pour la gestion et la maintenance. En plus, c’est un type de commerce qui vous permet de décider du degré d’implication que vous souhaitez. Vous pouvez avoir une autre activité économique et la laverie vous permet d’avoir des revenus supplémentaires, ou bien vous pouvez en faire votre activité principale et chercher de nouveaux clients, développer un service de collecte du linge, un service destiné aux entreprises ayant du linge à laver (salles de sport, coiffeurs, etc.)

  1. Pour vous, quel est le secret pour ouvrir un commerce de laverie automatique qui marche?

Pour moi, il y a quatre facteurs indispensables dont il faut tenir compte : elle doit être propre, bien éclairée, bien située et surtout, il ne faut pas l’ouvrir en face d’une autre laverie automatique.
Le coût du local est aussi un facteur très important. Pour que le commerce fonctionne, il ne faut pas payer 3 000 € de loyer par mois et n’installer que quatre machines, ce ne serait pas rentable. Ce que je conseille, c’est de calculer le prix maximum du loyer que vous pouvez payer en comptant 100 € par machine. Par exemple, si dans mon local, j’ai la place pour sept machines, je devrais pouvoir payer environ 700 € de loyer par mois.
Il faut aussi tenir compte des variations en fonction des périodes de l’année. À Madrid, au mois d’août, la population diminue énormément, et par conséquent le rendement de la laverie aussi. C’est pourquoi, tout au long des onze autres mois, je dois faire le chiffre d’affaires de l’année pour compenser ce mois-là. Évidemment cela dépend de la zone où est située la laverie, il faut toujours en tenir compte. Statistiquement cette tendance se maintient, elle ne change pas vraiment d’une année sur l’autre.
Enfin, je conseille bien sûr d’avoir une fiche « Google My Business » pour permettre aux clients, qu’ils vivent sur place ou qu’ils soient des touristes, de trouver la laverie. C’est gratuit, facile à paramétrer et cela vaut vraiment la peine.

lavandería-autoservicio-domus-Madrid

  1. Concernant les machines DOMUS, pouvez-vous nous dire quelles sont les caractéristiques que vous préférez et qui vous aident à faire que votre commerce soit rentable?

    J’ai décidé d’utiliser des machines DOMUS pour deux raisons techniques fondamentales. La première, pour la commande TOUCH II. Cette technologie m’a changé la vie. C’est incroyable toutes les informations auxquelles on peut avoir accès à partir de l’écran de la machine, et elle est en plus vraiment facile à utiliser. Vous pouvez aussi y ajouter tous les programmes de votre choix et faire vous-mêmes les mises à jour. Avant, j’utilisais des machines d’une autre marque et si je voulais modifier la durée ou le dosage d’un programme, il fallait que j’appelle un technicien pour qu’il vienne le faire et payer sa prestation. Les machines DOMUS sont livrées avec un manuel d’utilisateur très simple qui vous permet de modifier les paramètres vous-même. Et si la première fois vous mettez un quart d’heure, la deuxième fois vous mettrez cinq minutes et la troisième fois, pas plus d’une minute. Cela me permet de personnaliser encore mieux les programmes de lavage de ma laverie et d’être très réactif.
    La deuxième raison qui m’a fait choisir Domus, c’est pour les monnayeurs des machines qui sont situés sur la façade avant de celles-ci.
    Dans mon cas, 99 % des problèmes sur les machines sont dus aux bourrages qui se produisent dans les monnayeurs, soit parce que les clients introduisent les pièces dans la fente de sortie de la monnaie, soit parce qu’ils introduisent les pièces trop vite, ce qui déclenche un bourrage. Avec ce système de façade avant à bascule, c’est beaucoup plus facile de régler la panne. Quand mes machines étaient d’une autre marque, je devais accéder au monnayeur par l’arrière et démonter certaines pièces. C’était beaucoup plus compliqué je mettais une demi-heure. Maintenant, grâce à la façade avant à bascule et aux clés des monnayeurs DOMUS, je règle le problème en 30 secondes.

Une autre caractéristique fondamentale pour nous, c’est le capteur d’humidité des sèche-linges qui nous permettent d’économiser de l’énergie. En plus, ce capteur garantit aux clients que leur linge ne va pas s’abîmer et qu’il va pouvoir sécher plus rapidement et pour moins cher, ce que les clients apprécient.

  1. Combien de personnes travaillent avec vous au quotidien pour gérer les quatre laveries?

J’ai une salariée à temps partiel qui s’occupe du ménage et pour tout ce qui est plus technique, je m’en occupe personnellement. Mais avec l’écran tactile TOUCH II, s’il faut faire une mise à jour ou une maintenance, par exemple ajouter de l’adoucissant, elle peut s’en occuper elle-même, car c’est très facile à utiliser, il n’y a aucune difficulté.

  1. Avez-vous un système domotique qui contrôle l’ouverture et la fermeture de vos laveries ?

Oui. Nous avons un système d’ouverture et de fermeture automatique des portes aux heures d’ouvertures et de fermeture. En plus, l’écran TOUCH II nous permet de programmer les machines pour qu’elles s’éteignent toutes seules à partir d’une certaine heure. Ainsi, je ne perds pas de temps à regarder les caméras de vidéosurveillance tous les jours pour vérifier qu’il n’y a plus de clients dans les laveries en libre-service à la fermeture. Et cela m’évite de laisser ouverte une laverie et que des gens y passent la nuit.
Et si on ajoute l’IoT aux machines, c’est encore mieux, car cela permet de les contrôler à distance, et s’il y a un problème vous n’avez pas besoin d’aller à la laverie. C’est vrai que ces deux technologies permettent de gagner beaucoup de temps et de confort.

  1. Et une dernière question : comment voyez-vous l’avenir des laveries en libre-service ?

Je crois qu’il va y en avoir de plus en plus. Il y a quelques années, les premières laveries en libre-service étaient très petites. Plus les années passent, plus elles sont grandes et plus leur esthétique est soignée. En plus, les laveries de maintenant démarrent beaucoup mieux qu’avant. Notre première laverie, celle que nous avons ouverte en 2014 a mis deux ans à démarrer alors qu’une nouvelle laverie met moins d’un an à faire un chiffre d’affaires normal. On voit bien que les gens sont plus habitués à utiliser les laveries en libre-service et pour nous c’est bien.

 

Merci beaucoup, Jorge d’avoir pris ce moment pour partager vos connaissances avec nous. C’était un plaisir de discuter avec vous.

 

 

 

Retour aux actualités